Une pugnacité associative

La volonté d’une équipe municipale et des Gâtinais a permis à ce petit village de devenir l’un des nombrils du monde. Aujourd’hui, l’association (régie par la loi du 1er juillet 1901) est auto déclarée siège de l’association des nombrils du Monde.

Ses missions

Ayant pour objet, la mise en valeur du village de Pougne-Hérisson, sa communauté de communes et plus largement sa région au travers la mise en place d’actions culturelles, touristiques et pédagogiques, l’association a pour missions principales de :

  • assurer la gestion et le développement du jardin , site culturel et touristique dédié au conte et à l’oralité,
  • développer l'imaginaire des petits et mi-grands en proposant des activités pédagogiques autour du conte,
  • proposer un accompagnement des professionnels axé sur les arts de la parole,
  • développer une manifestation culturelle biennale, ...

L’association, c’est donc :

Un jardin ouvert six mois de l’année qui donne à voir et à entendre,

Une saison culturelle ponctuée d’événements sonores et contés avec un son et lumières tous les deux ans,

Un centre pédagogique qui accueille près de 4 000 drôles et drôlesses chaque année,

Des dispositifs d'accompagnement autour des arts de la parole, à destination de tous...

Avec toujours cette volonté de mener des projets en lien avec des structures amies et des artistes.

 

En soi, l’aventure est guidée par une volonté farouche de défendre :

étiquettes nombril

 

Ses nouvelles orientations

Trois objectifs transversaux : notre fil d’Ariane

• améliorer l’accueil du public
• développer nos actions à destination du territoire proche et de ses habitants
• penser le rayonnement au niveau régional et national, en s’affirmant comme pôle du conte et des arts de la parole

Une résolution : la question du sens

Remettre le récit au cœur de tout ce que nous entreprenons pour que le Nombril ne soit pas qu’une utopie ou une fantaisie. Le Nombril a toujours entretenu un aspect « décalé », une ambiguïté entre mythe et réalité qui lui confère une dimension atypique et unique que nous tenons à conserver dans toutes les facettes du projet. Cette capacité à mêler le vrai et le faux, cette façon de faire se croiser des mondes a priori lointains (publics urbains et ruraux, touristes et artistes, agriculture et surréalisme) sont sans doute notre marque de fabrique. Notre sens du décalage, nous l’avons et nous le garderons. Mais pourquoi nous le faisons, et dans quel but, est un défi bien plus stimulant à relever tous ensemble. Aller au fond des choses, leur donner une raison d’exister, permet de nous inscrire dans la durée, de manière pérenne et durable.

Trois grands travaux : nos actions prioritaires pour la période 2018-2020

1.      Le Cordon : outil d’une nouvelle économie culturelle, solidaire et créative
2.      Le jardin vivant : une pépinière de publics
3.      Avenir et transmission : vers une nouvelle organisation