Ils parlent de nous

Ce qu'en dit Stella

Ce qu'en disent les visiteurs sur Tripadvisor

«  Le Paradis du conte à voir et à écouter »
Un lieu où l'imaginaire n'a pas de répit. Dans ce coin de paradis, une véritable idée de génie sortie de la caboche du conteur Y. Jaulin, on se risque à perdre la notion du temps. En déambulant dans un jardin boisé, fait de coins et de recoins, on se laisse surprendre par des récits d'histoires vieilles comme le temps, histoires revues et corrigées, actualisées. Par beau temps, c'est un bol d'air qui entraîne les visiteurs, petits et grands sur le chemin du rire. Il y a de quoi rêver, inventer, s'amuser tel un lutin, un troll ou autre personnage des contes de notre enfance. A découvrir sans hésitation.
Denise

« Lieu plein de surprises »
Pour petits et grands aimant ce qui est décalé et plein d'humour. Les grincheux s'abstenir. Si vous voulez rire ou sourire, n'hésitez pas à suivre la visite guidée. A consommer sans modération !
Ségolène

«  Génial et complètement déjanté ! »
Quel bonheur cette visite ! C'est absolument décalé ! On va de surprise en surprise ! Les concepteurs de ce parc ont laissé éclater leur imagination qui semble sans limite ! Un vrai régal !! Certes cela risque de rebuter certaines personnes, mais que cela fait du bien de visiter ce monde complètement imaginaire ! Le genre de délire qui fait du bien, et que l'on ne rencontre pas bien souvent ! Merci !!!!
Titome

Ce qu'en disent les journalistes

Jardin sonore, histoires loufoques, spectacles inventifs : depuis 26 ans, Pougne-Hérisson, petit village du Poitou, plonge ses visiteurs au cœur d’un festival à la fois décalé et empreint de traditions. Rires garantis.
Aliette de Crozet, Notre Temps

Une fois franchie la frontière entre ce village d’irréductibles bons vivants et le reste du monde, on a le sentiment de pénétrer dans un autre espace temps, dans un univers plein de charme et de magie.
Cristina Marino, Le Monde

Enfin, nous voici chez nous ! Pile dans le nombril du monde. Il n’est pas faux de dire qu’à Pougne-Hérisson, faire parler les cailloux il n’y a que ça de vrai. Dûment inscrite dans les vitraux de la Chapelle, la devise locale décoifferait Saint Thomas : « Il faut le croire pour le voir ».
Pierre Vavasseur, Aujourd’hui en France

Le festival du Nombril, une impertinence inventive
Fara C, L’Humanité

Le Monde, Jardinez avec binette & jardin