Une nouvelle légende

Que sera Le mystère de Saint Pou ?

Saint Pou, un saint qui protège des coups de tête et de la folie

De Saint Pou, il reste une église dans le village de Pougne-Hérisson. On y emmenait les enfants qui perdaient la tête ou qui faisaient des crises d'épilepsie.

Qui connaissait l’histoire de Saint-Pou ?

Sans doute les mères des mères de nos mères mais rien n’était arrivé jusqu’à nous.
Et voilà la légende retrouvée de Pou et Rabouni, la légende la plus dorée qui soit.
Une histoire qui ne pouvait arriver qu’ici en Gâtine, dans ce pays de brouillard et d’origines.

On va tout raconter le pire et le meilleur.

Une histoire éternelle

Un frère qui tue un autre frère. Pou qui tue le Rabouni par jalousie, par mépris.

Le Rabouni est un simple, Pou un laborieux. Les deux aiment la même femme, Le Rabouni la fait rire. Les deux admirent le père et un jour d’offrande, Pou amène le meilleur de son travail et le Rabouni,  une chèvre qu’il a tuée avec laquelle il danse. Le père rit devant sa folie douce et Pou en conçoit une haine.

Le soir même, pris d’une folie meurtrière, il tue son frère, dépèce le corps et le disperse aux quatre vents.

Quand il est condamné pour ce meurtre, sa mère une chrétienne des premiers temps le convertit et il demande pardon.

Quand on lui tranche la tête, il prend sa tête dans ses mains et marche, emmenant la foule à sa suite. À chaque fois qu’il s’arrête sa tête s’éclaire et on retrouve un morceau de son frère.

La mère des deux frères constatant comment la foule est apaisée après cette procession décide de refaire ce rituel tous les ans.

C’est ainsi que depuis, de femme en femme uniquement, s’est transmis ce rituel jusqu’à nous.